ÉGYPTE, LIBAN, LIBYE — RECHERCHES ACTUELLES, DANS LES PAS DE PIERRE MONTET

Journée d’étude organisée par l’EA 4519  — Égypte ancienne : archéologie, langue, religion
16 Septembre 2017, École Pratique des Hautes Études, Maison des Sciences de l’Homme, 54 Bd Raspail, 75006, Paris

En juin 2016, voilà 50 ans que disparaissait Pierre Montet (1885-1966), savant égyptologue et infatigable fouilleur, entre autres, des sites de Byblos et de Tanis, où la découverte de nécropoles royales lui apporta la renommée. Pierre Montet n’avait pas enseigné à l’École Pratique des Hautes Études mais, ayant œuvré pour que les fouilles de Tanis puissent se poursuivre, il avait accompagné avec bienveillance la création d’une nouvelle mission archéologique, sous l’égide de son disciple et collaborateur Jean Yoyotte, qui y était alors depuis peu directeur d’études. Quelques jours à peine après son décès, sa veuve Théodora, en accord avec leurs trois filles, faisait don à notre établissement de l’abondante documentation relative aux travaux de la Mission Montet. Conservée au Centre Wladimir Golénischeff, elle constitue un riche fonds d’archives, qui est toujours aujourd’hui une base de référence indispensable pour la plupart des travaux de l’actuelle Mission Française des Fouilles de Tanis. L’an passé, les descendants de Pierre Montet ont décidé de parachever ce don en remettant généreusement un important lot de documents complémentaires, restés soigneusement conservés au sein de la famille, et qui concernent l’ensemble des activités de recherche du savant. Ces documents sont ainsi désormais mis utilement à la disposition de la communauté scientifique.
Il était donc tout naturel que notre équipe souhaitât célébrer son souvenir. C’est le but de cette journée d’étude, au cours de laquelle seront présentés, à titre d’exemple, les résultats des recherches actuelles sur quelques-uns des nombreux sites ou sujets qui furent au cœur de ses préoccupations tout long de sa prestigieuse carrière, en Égypte, au Liban et en Libye, et qu’il a souvent abordés en pionnier. Elle montrera tout à la fois le chemin parcouru depuis son époque et l’importance, pour les travaux d’aujourd’hui, des archives d’hier.

Organisé par l’EA 4519 de l’EPHE, l’événement est soutenu par le Fonds Khéops pour l’archéologie et la Nouvelle Société des Amis de Tanis. L’entrée est libre, nous vous prions toutefois de confirmer au plus vite votre présence, par courriel, à François Leclère.

Télécharger le programme (.pdf)
Télécharger les résumés des communications (.pdf)
Télécharger l’affiche (.pdf)

Martin Stadler, Théologie et culte au temple de Soknopaios. Etudes sur la religion d’un village égyptien pendant l’époque romaine .

Quatre séminaires à l’École pratique des Hautes Études Section des Sciences religieuses.Mai-juin 2015.
221 p, 38 fig., 12 planches, 14 x 21 cm, broché , Paris, Cybèle, 2017.

Malgré l’abondance des sources textuelles de Dimé, Soknopaiou Nèsos en grec, sur des papyrus qui ont survécu des millénaires, nous sommes seulement au début d’une vision correcte de la situation de la ville, car une grande partie d’entre eux reste inédite. Notre compréhension de la mythologie et du culte serait beaucoup plus restreinte sans cette documentation papyracée.
Elle nous permet de dresser un tableau de la pensée du temple où le dieu Soknopaios, une forme locale de Sobek, était vénéré. Le corpus montre une familiarité, une intimité avec les sujets mythologiques : on participe aux débats relatifs à l’universalité d’Isis égyptienne, on importe des manuscrits d’autres villages ou villes, on transcrit des textes liturgiques traditionnels en démotique. La version démotique du rituel journalier est un de ces textes. Ayant esquissé le climat intellectuellement vif de la Maison de Vie de Dimé, le livre se focalise sur ce rituel dont la tradition remonte au Moyen Empire. Toutefois, la plupart des premières sources datent du Nouvel Empire. Du fait que l’Égypte ancienne soit loin de toute homogénéité, il n’est pas surprenant que la version de Dimé ne suive pas la liturgie que nous connaissons par ailleurs, et semble être une composition assemblée par le collège des prêtres du temple de Soknopaios. Ils ont puisé dans un corpus de formules qui n’est pas conservé dans son intégralité, mais dont seuls des fragments ont survécu.
L’auteur, professeur d’égyptologie à l’université Julius Maximilian de Würzburg, recherche les papyrus démotiques de Dimé depuis presque vingt ans et montre l’enjeu du déchiffrement d’une source centrale pour le fonctionnement du temple.