Archives de catégorie : Publications

Martin Stadler, Théologie et culte au temple de Soknopaios. Etudes sur la religion d’un village égyptien pendant l’époque romaine .

Quatre séminaires à l’École pratique des Hautes Études Section des Sciences religieuses.Mai-juin 2015.
221 p, 38 fig., 12 planches, 14 x 21 cm, broché , Paris, Cybèle, 2017.

Malgré l’abondance des sources textuelles de Dimé, Soknopaiou Nèsos en grec, sur des papyrus qui ont survécu des millénaires, nous sommes seulement au début d’une vision correcte de la situation de la ville, car une grande partie d’entre eux reste inédite. Notre compréhension de la mythologie et du culte serait beaucoup plus restreinte sans cette documentation papyracée.
Elle nous permet de dresser un tableau de la pensée du temple où le dieu Soknopaios, une forme locale de Sobek, était vénéré. Le corpus montre une familiarité, une intimité avec les sujets mythologiques : on participe aux débats relatifs à l’universalité d’Isis égyptienne, on importe des manuscrits d’autres villages ou villes, on transcrit des textes liturgiques traditionnels en démotique. La version démotique du rituel journalier est un de ces textes. Ayant esquissé le climat intellectuellement vif de la Maison de Vie de Dimé, le livre se focalise sur ce rituel dont la tradition remonte au Moyen Empire. Toutefois, la plupart des premières sources datent du Nouvel Empire. Du fait que l’Égypte ancienne soit loin de toute homogénéité, il n’est pas surprenant que la version de Dimé ne suive pas la liturgie que nous connaissons par ailleurs, et semble être une composition assemblée par le collège des prêtres du temple de Soknopaios. Ils ont puisé dans un corpus de formules qui n’est pas conservé dans son intégralité, mais dont seuls des fragments ont survécu.
L’auteur, professeur d’égyptologie à l’université Julius Maximilian de Würzburg, recherche les papyrus démotiques de Dimé depuis presque vingt ans et montre l’enjeu du déchiffrement d’une source centrale pour le fonctionnement du temple.

Marie-Pierre Chaufray, Stéphanie Wackenier (dir.), Papyrus de la Sorbonne (P. Sorb. IV) N° 145 – 160, Papyrologica Parisina IV, Paris, PUPS, 2016

psorbiv-pups

Marie-Pierre Chaufray, Stéphanie Wackenier (dir.), Papyrus de la Sorbonne (P. Sorb. IV) N° 145 – 160, Papyrologica Parisina IV, PUPS, 2016, 128 p., 69 €.
ISBN : 979-10-231-0519-3
Ce quatrième volume du catalogue des Papyrus de la Sorbonne (n°145 à 160) rassemble seize documents démotiques du Fonds Jouguet : quinze font l’objet d’une réédition, un est inédit.
Découverts dans les nécropoles de Ghôran et de Magdôla (Fayoum) en 1901-1902 par Pierre Jouguet, ces textes issus de cartonnages de momies sont datés du IIIe siècle av. J.-C. Ils appartenaient vraissemblabment à des archives administratives du premier siècle de la domination lagide. À l’exception d’un fragment littéraire, il s’agit de documents de nature juridique (contrat, rapport, memorandum), épistolaire et comptable, en majeure partie liés à l’administration des terres et la production agricole du Fayoum.
Cet ouvrage est le résultat d’un travail collectif, mené par l’équipe « Fonds Jouguet démotique » (ÉFJD), dont plusieurs membres sont attachés ou associés à l’EA 4519 de l’EPHE, qui a contribué au financement de la publication.
Voir le site de l’éditeur PUPS

Laurent Coulon (éd.), La Cachette de Karnak, BdE 161, Le Caire, IFAO-MoA, 2016

La Cachette de Karnak _ 1102

La Cachette de Karnak : nouvelles perspectives sur les découvertes de Georges Legrain / sous la direction de Laurent Coulon, Bibliothèque d’étude 161, 2016, 616 pages.
Références : IF 1102, ISBN 978-2-7247-0657-4
Prix : 79 euros
La Cachette de Karnak, fouillée par Georges Legrain entre 1903 et 1907, est l’une des plus fascinantes découvertes de l’archéologie égyptienne. La première raison en est l’abondance des objets qu’elle a livrés (statues, stèles, mobilier divers), en partie encore inédits, qui sont autant de documents d’importance majeure sur la vie religieuse du sanctuaire de Karnak, mais plus généralement aussi sur l’histoire et l’art de l’Égypte pharaonique entre le Moyen Empire et l’époque ptolémaïque. La deuxième raison est liée au mystère qui entoure encore sa raison d’être et les circonstances historiques de sa création. Si elle peut être rapprochée sur certains aspects d’autres cachettes retrouvées en Égypte ou au Soudan, son ampleur et sa richesse restent exceptionnelles.
S’appuyant sur un programme de recherche lancé par l’Ifao et le Ministère des Antiquités de l’Égypte pour mieux cerner la Cachette de Karnak et son contenu, cet ouvrage réunit vingt-quatre contributions de spécialistes internationaux impliqués dans l’étude d’objets qui en proviennent ou travaillant sur ce dépôt comme sur d’autres cachettes égyptiennes d’un point de vue idéologique ou archéologique.
Site de l’éditeur
Voir le sommaire (.pdf)
Lire une interview de l’éditeur sur le site Egyptophiles

James P. Allen, Mark A. Collier et Andréas Stauder (éd.), Coping with Obscurity, 2016.

ImageRender.aspx

James P. Allen, Mark A. Collier, et Andréas Stauder (éd.), Coping with Obscurity. The Brown Workshop on Earlier Egyptian Grammar, Wilbour Studies in Egyptology and Assyriology, 3, Lockwood Press,  2016. 274 pages. ISBN-13 9781937040420; ISBN-10 1937040429

Coping with Obscurity regroupe les contributions au workshop qui s’est tenu en mars 2013 à Brown University autour de la grammaire de l’égyptien de la première phase. À cette occasion, dix spécialistes ont confronté leurs vues sur les interprétations grammaticales qui peuvent être faites des témoignages écrits de l’Ancien et du Moyen Empire (ca. 2350-1650 av. J.-C.). Les neuf articles publiés dans le volume présentent des approches orthographiques, lexicales, morphologiques et syntaxiques des données et constituent des avancées significatives vers une compréhension nouvelle et pluraliste de la grammaire de l’égyptien de la première phase.

Voir le sommaire

Christiane Zivie-Coche (éd.), Offrandes, rites et rituels dans les temples d’époques ptolémaïque et romaine, 2015

Christiane Zivie-Coche, Offrandes, rites et rituels dans les temples d’époques ptolémaïque et romaine. Actes de la journée d’études de l’équipe EPHE (EA 4519) « Égypte ancienne : Archéologie, Langue, Religion » Paris, 27 juin 2013CENIM 10, Montpellier, 2015

L’étude des scènes rituelles dans les temples des époques ptolémaïque et romaine est une thématique qui a suscité dans les dernières décennies un intérêt jamais démenti, comme en témoigne, à titre d’exemple, la collection Rites égyptiens, dont bien des volumes sont ainsi consacrés à tel ou tel rite attesté dans les temples tardifs. Néanmoins, la masse documentaire que nous offrent les édifices de cette époque est considérable, et la complexité de la « grammaire » du temple, qu’il s’agisse de l’analyse de scènes individuelles ou de celle de l’organisation plus globale du programme pariétal, est loin d’être aujourd’hui totalement disséquée dans les grands et plus petits temples de la période. Plusieurs membres de l’équipe « Égypte ancienne » de l’EPHE, doctorants ou post-doctorants, avaient émis le souhait qu’une journée d’études soit organisée à la fin de l’année académique 2013 pour évoquer ces questions et confronter des points de vue différents. Cela a abouti à la tenue, à l’EPHE, d’une telle journée, le 27 juin 2013.

S. Einaudi (éd.), Torino e Parigi agli albori dell’egittologia, 2015

S. Einaudi (éd.), Torino e Parigi agli albori dell’egittologia. Il carteggio tra Francesco Salvolini e Costanzo Gazzera, Académie de Sciences, Turin, 2015.

Ce volume comprend l’édition de la correspondance entre Francesco Salvolini (1809-1838) et Costanzo Gazzera (1779-1859), entre 1830 et 1837. Ces lettres témoignent des échanges intenses entre Turin et Paris au sujet de la jeune science égyptologique et les sciences orientalistes en général.

C. Chatelet, L’offrande du collier-menit, 2015

C. ChâteletL’offrande du collier-menit dans les temples d’époque gréco-romaineMonographies Reine Elisabeth 16, Bruxelles, 2015.

rdhdh5z2

Les textes d’offrande du collier-menit inscrits sur les parois des temples se réfèrent à deux grands récits mythologiques : celui du mythe de la Lointaine où le roi apaise la déesse dangereuse à son retour de Nubie au moyen de cette parure parfois associée aux sistres, et également celui d’Horus et Seth où le roi, tel Horus, présente à la déesse un collier prenant alors la valeur des attributs du dieu Seth.

L’étude de l’iconographie du collier, des couronnes portées par les divinités et par le roi, la traduction de l’ensemble des textes relatifs à cette offrande et leur analyse, qu’elle soit grammaticale, religieuse ou épigraphique, ont révélé le rôle fondamental que jouait ce collier-menit : lorsqu’il est présenté tel un objet sacré de la déesse Hathor, c’est la divinité qu’il incarne en étant le reflet de sa beauté, de sa brillance ; lorsqu’il symbolise les testicules du dieu Seth, il est un moyen pour le roi de légitimer son pouvoir royal sur le trône du Double Pays.

Enfin l’auteure s’est efforcée de prendre en  considération la composition du programme décoratif dans lequel cette offrande du collier-menit s’intègre et de suggérer les corrélations entre différentes scènes afin d’affiner la compréhension, autant que faire se peut, de l’offrande de cet objet à multiples facettes.

Après de nombreuses années d’étude de l’égyptien classique et du néo-égyptien, C. Châtelet s’est plus particulièrement spécialisée dans l’analyse des temples d’époque ptolémaïque et romain. Elle a consacré un mémoire de l’École Pratique des Hautes Études à l’étude détaillée du rite d’offrande du collier-menit dans les temples de cette époque, apportant ainsi des éléments de compréhension précis sur la symbolique riche et complexe de cet objet.

Table of Contents

La première partie de ce volume se répartit en 4 chapitres.

Le 1er chapitre porte sur les origines de cet objet et présente brièvement ses représentations aux époques les plus anciennes. Si au Moyen Empire le collier présenté par la déesse Hathor aux narines du roi est un symbole de vie, de prospérité et de santé, au Nouvel Empire, il est l’assurance d’un règne prospère et d’une vie infinie quand il est associé aux tiges bourgeonnantes des jubilés ou encore un gage de protection. A l’époque tardive, à l’instar du signe de vie, c’est le souffle de vie que la déesse présente à la narine du défunt. Ce n’est qu’à l’époque gréco-romaine que le rôle des protagonistes s’inverse: c’est désormais le roi qui offre le collier-menit à la divinité; celui-ci finit par incarner les testicules du dieu Seth. L’étude inconographique du contrepoids de ce collier a permis de souligner le thème de la naissance d’Horus et son couronnement via son allaitement par la déesse.

Le chapitre 2 analyse l’offrande du collier-menit d’après les textes: sa phraséologie, son association avec les sistres, sa répartition selon ses différents types de présentation, ses bénéficiaires et le type de couronnes qu’ils portent. Le port des couronnes qu’elles soient royales ou divines, a montré l’importance que les Egyptiens attachent à ces parures et a permis de préciser le contexte dans lequel cette offrande s’effectue, le rôle de ses intervenants et de souligner certains traits de caractère des divinités: leur autorité, leur pouvoir sur les pays étrangers, leur affiliation à telle ou telle divinité.

Le chapitre 3 est une étude détaillée des épithètes les plus significatives de la déesse Hathor-Isis, principale récipiendaire, qui se révèle être une personnification de la Lointaine que l’offrande du collier-menit apaise par sa beauté et une personnification d’Isis, dans ses rôles de mère divine protectrice et de souveraine que l’offrande à valeur de testicules réjouit.

L’implication d’Osiris dans le cadre de cette offrande sera étudiée au travers de l’étude de ses épithètes. Défini comme « entier », il est un père qui se prolonge et se renouvelle dans son fils. Forme nocturne d’un soleil en cours de résurrection, il sera triomphant sur ses ennemis et laissera sa place à son fils Horus, proclamant par la même son intégrité et la transmission de son pouvoir.

Une étude du collier-menit ne saurait être complète sans aborder l’implication du dieu Seth dans cette offrande. Jamais représenté iconographiquement il est, au demeurant, un élément clé, dans la thématique des scènes empreintes d’allusions au mythe d’Horus et Seth.

Le chapitre 4 aborde la notion de réjouissance dans les scènes d’offrande de ce collier.

La deuxième partie de ce volume, rassemble l’ensemble des scènes d’offrande du collier-menit, réparties dans les plus grands temples égyptiens, que j’ai étudiées, traduites et commentées. Je donne pour chacune des scènes, ma propre translittération sur laquelle s’appuie la traduction des textes, que j’ai accompagnée de brefs commentaires philologiques lorsque les graphies présentent des difficultés.