Tous les articles par lcoulon

ÉGYPTE, LIBAN, LIBYE — RECHERCHES ACTUELLES, DANS LES PAS DE PIERRE MONTET

Journée d’étude organisée par l’EA 4519  — Égypte ancienne : archéologie, langue, religion
16 Septembre 2017, École Pratique des Hautes Études, Maison des Sciences de l’Homme, 54 Bd Raspail, 75006, Paris

En juin 2016, voilà 50 ans que disparaissait Pierre Montet (1885-1966), savant égyptologue et infatigable fouilleur, entre autres, des sites de Byblos et de Tanis, où la découverte de nécropoles royales lui apporta la renommée. Pierre Montet n’avait pas enseigné à l’École Pratique des Hautes Études mais, ayant œuvré pour que les fouilles de Tanis puissent se poursuivre, il avait accompagné avec bienveillance la création d’une nouvelle mission archéologique, sous l’égide de son disciple et collaborateur Jean Yoyotte, qui y était alors depuis peu directeur d’études. Quelques jours à peine après son décès, sa veuve Théodora, en accord avec leurs trois filles, faisait don à notre établissement de l’abondante documentation relative aux travaux de la Mission Montet. Conservée au Centre Wladimir Golénischeff, elle constitue un riche fonds d’archives, qui est toujours aujourd’hui une base de référence indispensable pour la plupart des travaux de l’actuelle Mission Française des Fouilles de Tanis. L’an passé, les descendants de Pierre Montet ont décidé de parachever ce don en remettant généreusement un important lot de documents complémentaires, restés soigneusement conservés au sein de la famille, et qui concernent l’ensemble des activités de recherche du savant. Ces documents sont ainsi désormais mis utilement à la disposition de la communauté scientifique.
Il était donc tout naturel que notre équipe souhaitât célébrer son souvenir. C’est le but de cette journée d’étude, au cours de laquelle seront présentés, à titre d’exemple, les résultats des recherches actuelles sur quelques-uns des nombreux sites ou sujets qui furent au cœur de ses préoccupations tout long de sa prestigieuse carrière, en Égypte, au Liban et en Libye, et qu’il a souvent abordés en pionnier. Elle montrera tout à la fois le chemin parcouru depuis son époque et l’importance, pour les travaux d’aujourd’hui, des archives d’hier.

Organisé par l’EA 4519 de l’EPHE, l’événement est soutenu par le Fonds Khéops pour l’archéologie et la Nouvelle Société des Amis de Tanis. L’entrée est libre, nous vous prions toutefois de confirmer au plus vite votre présence, par courriel, à François Leclère.

Télécharger le programme (.pdf)
Télécharger les résumés des communications (.pdf)
Télécharger l’affiche (.pdf)

Martin Stadler, Théologie et culte au temple de Soknopaios. Etudes sur la religion d’un village égyptien pendant l’époque romaine .

Quatre séminaires à l’École pratique des Hautes Études Section des Sciences religieuses.Mai-juin 2015.
221 p, 38 fig., 12 planches, 14 x 21 cm, broché , Paris, Cybèle, 2017.

Malgré l’abondance des sources textuelles de Dimé, Soknopaiou Nèsos en grec, sur des papyrus qui ont survécu des millénaires, nous sommes seulement au début d’une vision correcte de la situation de la ville, car une grande partie d’entre eux reste inédite. Notre compréhension de la mythologie et du culte serait beaucoup plus restreinte sans cette documentation papyracée.
Elle nous permet de dresser un tableau de la pensée du temple où le dieu Soknopaios, une forme locale de Sobek, était vénéré. Le corpus montre une familiarité, une intimité avec les sujets mythologiques : on participe aux débats relatifs à l’universalité d’Isis égyptienne, on importe des manuscrits d’autres villages ou villes, on transcrit des textes liturgiques traditionnels en démotique. La version démotique du rituel journalier est un de ces textes. Ayant esquissé le climat intellectuellement vif de la Maison de Vie de Dimé, le livre se focalise sur ce rituel dont la tradition remonte au Moyen Empire. Toutefois, la plupart des premières sources datent du Nouvel Empire. Du fait que l’Égypte ancienne soit loin de toute homogénéité, il n’est pas surprenant que la version de Dimé ne suive pas la liturgie que nous connaissons par ailleurs, et semble être une composition assemblée par le collège des prêtres du temple de Soknopaios. Ils ont puisé dans un corpus de formules qui n’est pas conservé dans son intégralité, mais dont seuls des fragments ont survécu.
L’auteur, professeur d’égyptologie à l’université Julius Maximilian de Würzburg, recherche les papyrus démotiques de Dimé depuis presque vingt ans et montre l’enjeu du déchiffrement d’une source centrale pour le fonctionnement du temple.

Journée d’études « Le temple d’Osiris-iou à Ayn Manâwir » – 23 mars 2017, EPHE

Le temple d’Osiris-iou à Ayn Manâwir (Égypte, oasis de Kharga)
Approches multidisciplinaires d’un sanctuaire d’époque perse

Jeudi 23 mars 2017
EPHE – Bâtiment Le France 190 av. de France 75013 Paris
Salle 123 (1er étage)

Au sud de l’oasis égyptienne de Kharga, sur le site d’Ayn Manâwir, une équipe de l’Institut Français d’Archéologie Orientale dirigée par Michel Wuttmann a mis au jour en 1993 un temple en briques crues formant le cœur d’une agglomération qui s’est développée entre le Ve et le IVe siècle av. J.-C. Les vestiges du site ont livré un matériel extrêmement riche qui éclaire de manière exceptionnelle divers aspects du fonctionnement de ce temple dédié à la forme osirienne locale, l’Osiris-iou : ostraca démotiques, statuettes en bronze, mobilier céramique, vestiges de la décoration du temple, objets rituels, etc. Dans la perspective de la publication finale de ce monument, cette journée d’études vise à partager les approches et les résultats des spécialistes ayant étudié les différents aspects du sanctuaire et de son mobilier.
Programme (.Programme Ayn Manawir)
Affiche (.Affiche Ayn Manawir)

Journée d’études « Qu’est-ce qu’un mythe égyptien ? » – 26 novembre 2016, Paris, EPHE

capture-decran-2016-11-25-a-09-40-40Qu’est-ce qu’un mythe égyptien ?
Journée d’études de l’Association Aigyptos, 26 novembre 2016, avec la participation de l’équipe Égypte ancienne de l’EPHE (EA 4519)
Salle Gaston Paris, Université de la Sorbonne-EPHE
Organisateurs : Lorenzo Medini (U. Paris IV) et Gaëlle Tallet (U. de Limoges)
Voir le programme (.programme_atelier)

Marie-Pierre Chaufray, Stéphanie Wackenier (dir.), Papyrus de la Sorbonne (P. Sorb. IV) N° 145 – 160, Papyrologica Parisina IV, Paris, PUPS, 2016

psorbiv-pups

Marie-Pierre Chaufray, Stéphanie Wackenier (dir.), Papyrus de la Sorbonne (P. Sorb. IV) N° 145 – 160, Papyrologica Parisina IV, PUPS, 2016, 128 p., 69 €.
ISBN : 979-10-231-0519-3
Ce quatrième volume du catalogue des Papyrus de la Sorbonne (n°145 à 160) rassemble seize documents démotiques du Fonds Jouguet : quinze font l’objet d’une réédition, un est inédit.
Découverts dans les nécropoles de Ghôran et de Magdôla (Fayoum) en 1901-1902 par Pierre Jouguet, ces textes issus de cartonnages de momies sont datés du IIIe siècle av. J.-C. Ils appartenaient vraissemblabment à des archives administratives du premier siècle de la domination lagide. À l’exception d’un fragment littéraire, il s’agit de documents de nature juridique (contrat, rapport, memorandum), épistolaire et comptable, en majeure partie liés à l’administration des terres et la production agricole du Fayoum.
Cet ouvrage est le résultat d’un travail collectif, mené par l’équipe « Fonds Jouguet démotique » (ÉFJD), dont plusieurs membres sont attachés ou associés à l’EA 4519 de l’EPHE, qui a contribué au financement de la publication.
Voir le site de l’éditeur PUPS

Laurent Coulon (éd.), La Cachette de Karnak, BdE 161, Le Caire, IFAO-MoA, 2016

La Cachette de Karnak _ 1102

La Cachette de Karnak : nouvelles perspectives sur les découvertes de Georges Legrain / sous la direction de Laurent Coulon, Bibliothèque d’étude 161, 2016, 616 pages.
Références : IF 1102, ISBN 978-2-7247-0657-4
Prix : 79 euros
La Cachette de Karnak, fouillée par Georges Legrain entre 1903 et 1907, est l’une des plus fascinantes découvertes de l’archéologie égyptienne. La première raison en est l’abondance des objets qu’elle a livrés (statues, stèles, mobilier divers), en partie encore inédits, qui sont autant de documents d’importance majeure sur la vie religieuse du sanctuaire de Karnak, mais plus généralement aussi sur l’histoire et l’art de l’Égypte pharaonique entre le Moyen Empire et l’époque ptolémaïque. La deuxième raison est liée au mystère qui entoure encore sa raison d’être et les circonstances historiques de sa création. Si elle peut être rapprochée sur certains aspects d’autres cachettes retrouvées en Égypte ou au Soudan, son ampleur et sa richesse restent exceptionnelles.
S’appuyant sur un programme de recherche lancé par l’Ifao et le Ministère des Antiquités de l’Égypte pour mieux cerner la Cachette de Karnak et son contenu, cet ouvrage réunit vingt-quatre contributions de spécialistes internationaux impliqués dans l’étude d’objets qui en proviennent ou travaillant sur ce dépôt comme sur d’autres cachettes égyptiennes d’un point de vue idéologique ou archéologique.
Site de l’éditeur
Voir le sommaire (.pdf)
Lire une interview de l’éditeur sur le site Egyptophiles

Colloque international « Voices, images, and artefacts of ancient craftsmen/women » Paris, INHA, 23-24 juin 2016

logo

Voices, images, and artefacts of ancient craftsmen/women: encountering the material producers of Middle Bronze Age Egypt (2000-1500 BC)
23-24 juin 2016 – INHA, Auditorium – 2, rue Vivienne, 75002 Paris

OrganisationGianluca Miniaci (projet IEF-Marie Curie SHAPE « Seeing and Hearing the Ancient Producers of Egypt », EPHE Paris et Università di Pisa), Stephen Quirke (UC London), Juan Carlos Moreno García (CNRS, UMR 8167, Paris), Andreas Stauder (EPHE, EA 4519).
avec le soutien de l’EPHE, EA 4519 « Egypte Ancienne : archéologie, langue, religion » et de l’Università di Pisa

Au cours des dernières décennies, les études portant sur les personnes chargées de la production matérielle en Égypte ancienne ont déplacé leur centre d’intérêt des “travailleurs” aux “artisans” et, par la suite, aux “artistes”. Et ce dans le but d’une connaissance approfondie des pratiques de la production matérielle dans les sociétés anciennes, ne serait-ce que pour libérer la recherche des préjugés modernes qui pèsent encore sur elle. Les recherches antérieures étaient souvent fondées sur l’emploi acritique d’une terminologie qui acceptait et reproduisait des hypothèses non prouvées : existence d’ateliers; une division du travail plus supposée que prouvée ; l’assimilation immédiate des centres de pouvoir (comme les palais) aux centres de production alors que les centres périphériques (comme les villages et le milieu rural) étaient censées être dépourvues de productions spécialisées. En l’absence d’une base documentaire suffisante, tous ces termes et relations sont donc à revoir et à repenser complètement afin d’éviter la perception déformée de la réalité historique qui en résulte.

Pour en savoir plus : voir http://www.egypt-shape.com/news/

James P. Allen, Mark A. Collier et Andréas Stauder (éd.), Coping with Obscurity, 2016.

ImageRender.aspx

James P. Allen, Mark A. Collier, et Andréas Stauder (éd.), Coping with Obscurity. The Brown Workshop on Earlier Egyptian Grammar, Wilbour Studies in Egyptology and Assyriology, 3, Lockwood Press,  2016. 274 pages. ISBN-13 9781937040420; ISBN-10 1937040429

Coping with Obscurity regroupe les contributions au workshop qui s’est tenu en mars 2013 à Brown University autour de la grammaire de l’égyptien de la première phase. À cette occasion, dix spécialistes ont confronté leurs vues sur les interprétations grammaticales qui peuvent être faites des témoignages écrits de l’Ancien et du Moyen Empire (ca. 2350-1650 av. J.-C.). Les neuf articles publiés dans le volume présentent des approches orthographiques, lexicales, morphologiques et syntaxiques des données et constituent des avancées significatives vers une compréhension nouvelle et pluraliste de la grammaire de l’égyptien de la première phase.

Voir le sommaire

At the Dawn of the Russian Egyptology: The 160th anniversary of Vladimir Golenisсhev

À l’occasion du 160e anniversaire de la naissance de Wladimir Golenischeff (le 29 janvier 1856), nos collègues russes organisent un colloque international intitulé «At the Dawn of the Russian Egyptology. The 160th anniversary of Vladimir Golenisсhev» à Moscou du 1er au 3 février 2016.

Golenischeff
Le centre W. Golenischeff de l’EPHE a été associé à cet événement et Hélène Virenque présentera à cette occasion une communication s’appuyant sur les archives conservées dans nos locaux.
Télécharger le programme du colloque.

Christiane Zivie-Coche (éd.), Offrandes, rites et rituels dans les temples d’époques ptolémaïque et romaine, 2015

Christiane Zivie-Coche, Offrandes, rites et rituels dans les temples d’époques ptolémaïque et romaine. Actes de la journée d’études de l’équipe EPHE (EA 4519) « Égypte ancienne : Archéologie, Langue, Religion » Paris, 27 juin 2013CENIM 10, Montpellier, 2015

L’étude des scènes rituelles dans les temples des époques ptolémaïque et romaine est une thématique qui a suscité dans les dernières décennies un intérêt jamais démenti, comme en témoigne, à titre d’exemple, la collection Rites égyptiens, dont bien des volumes sont ainsi consacrés à tel ou tel rite attesté dans les temples tardifs. Néanmoins, la masse documentaire que nous offrent les édifices de cette époque est considérable, et la complexité de la « grammaire » du temple, qu’il s’agisse de l’analyse de scènes individuelles ou de celle de l’organisation plus globale du programme pariétal, est loin d’être aujourd’hui totalement disséquée dans les grands et plus petits temples de la période. Plusieurs membres de l’équipe « Égypte ancienne » de l’EPHE, doctorants ou post-doctorants, avaient émis le souhait qu’une journée d’études soit organisée à la fin de l’année académique 2013 pour évoquer ces questions et confronter des points de vue différents. Cela a abouti à la tenue, à l’EPHE, d’une telle journée, le 27 juin 2013.

S. Einaudi (éd.), Torino e Parigi agli albori dell’egittologia, 2015

S. Einaudi (éd.), Torino e Parigi agli albori dell’egittologia. Il carteggio tra Francesco Salvolini e Costanzo Gazzera, Académie de Sciences, Turin, 2015.

Ce volume comprend l’édition de la correspondance entre Francesco Salvolini (1809-1838) et Costanzo Gazzera (1779-1859), entre 1830 et 1837. Ces lettres témoignent des échanges intenses entre Turin et Paris au sujet de la jeune science égyptologique et les sciences orientalistes en général.