Tous les articles par Andreas Stauder

C. Chatelet, L’offrande du collier-menit, 2015

C. ChâteletL’offrande du collier-menit dans les temples d’époque gréco-romaineMonographies Reine Elisabeth 16, Bruxelles, 2015.

rdhdh5z2

Les textes d’offrande du collier-menit inscrits sur les parois des temples se réfèrent à deux grands récits mythologiques : celui du mythe de la Lointaine où le roi apaise la déesse dangereuse à son retour de Nubie au moyen de cette parure parfois associée aux sistres, et également celui d’Horus et Seth où le roi, tel Horus, présente à la déesse un collier prenant alors la valeur des attributs du dieu Seth.

L’étude de l’iconographie du collier, des couronnes portées par les divinités et par le roi, la traduction de l’ensemble des textes relatifs à cette offrande et leur analyse, qu’elle soit grammaticale, religieuse ou épigraphique, ont révélé le rôle fondamental que jouait ce collier-menit : lorsqu’il est présenté tel un objet sacré de la déesse Hathor, c’est la divinité qu’il incarne en étant le reflet de sa beauté, de sa brillance ; lorsqu’il symbolise les testicules du dieu Seth, il est un moyen pour le roi de légitimer son pouvoir royal sur le trône du Double Pays.

Enfin l’auteure s’est efforcée de prendre en  considération la composition du programme décoratif dans lequel cette offrande du collier-menit s’intègre et de suggérer les corrélations entre différentes scènes afin d’affiner la compréhension, autant que faire se peut, de l’offrande de cet objet à multiples facettes.

Après de nombreuses années d’étude de l’égyptien classique et du néo-égyptien, C. Châtelet s’est plus particulièrement spécialisée dans l’analyse des temples d’époque ptolémaïque et romain. Elle a consacré un mémoire de l’École Pratique des Hautes Études à l’étude détaillée du rite d’offrande du collier-menit dans les temples de cette époque, apportant ainsi des éléments de compréhension précis sur la symbolique riche et complexe de cet objet.

Table of Contents

La première partie de ce volume se répartit en 4 chapitres.

Le 1er chapitre porte sur les origines de cet objet et présente brièvement ses représentations aux époques les plus anciennes. Si au Moyen Empire le collier présenté par la déesse Hathor aux narines du roi est un symbole de vie, de prospérité et de santé, au Nouvel Empire, il est l’assurance d’un règne prospère et d’une vie infinie quand il est associé aux tiges bourgeonnantes des jubilés ou encore un gage de protection. A l’époque tardive, à l’instar du signe de vie, c’est le souffle de vie que la déesse présente à la narine du défunt. Ce n’est qu’à l’époque gréco-romaine que le rôle des protagonistes s’inverse: c’est désormais le roi qui offre le collier-menit à la divinité; celui-ci finit par incarner les testicules du dieu Seth. L’étude inconographique du contrepoids de ce collier a permis de souligner le thème de la naissance d’Horus et son couronnement via son allaitement par la déesse.

Le chapitre 2 analyse l’offrande du collier-menit d’après les textes: sa phraséologie, son association avec les sistres, sa répartition selon ses différents types de présentation, ses bénéficiaires et le type de couronnes qu’ils portent. Le port des couronnes qu’elles soient royales ou divines, a montré l’importance que les Egyptiens attachent à ces parures et a permis de préciser le contexte dans lequel cette offrande s’effectue, le rôle de ses intervenants et de souligner certains traits de caractère des divinités: leur autorité, leur pouvoir sur les pays étrangers, leur affiliation à telle ou telle divinité.

Le chapitre 3 est une étude détaillée des épithètes les plus significatives de la déesse Hathor-Isis, principale récipiendaire, qui se révèle être une personnification de la Lointaine que l’offrande du collier-menit apaise par sa beauté et une personnification d’Isis, dans ses rôles de mère divine protectrice et de souveraine que l’offrande à valeur de testicules réjouit.

L’implication d’Osiris dans le cadre de cette offrande sera étudiée au travers de l’étude de ses épithètes. Défini comme « entier », il est un père qui se prolonge et se renouvelle dans son fils. Forme nocturne d’un soleil en cours de résurrection, il sera triomphant sur ses ennemis et laissera sa place à son fils Horus, proclamant par la même son intégrité et la transmission de son pouvoir.

Une étude du collier-menit ne saurait être complète sans aborder l’implication du dieu Seth dans cette offrande. Jamais représenté iconographiquement il est, au demeurant, un élément clé, dans la thématique des scènes empreintes d’allusions au mythe d’Horus et Seth.

Le chapitre 4 aborde la notion de réjouissance dans les scènes d’offrande de ce collier.

La deuxième partie de ce volume, rassemble l’ensemble des scènes d’offrande du collier-menit, réparties dans les plus grands temples égyptiens, que j’ai étudiées, traduites et commentées. Je donne pour chacune des scènes, ma propre translittération sur laquelle s’appuie la traduction des textes, que j’ai accompagnée de brefs commentaires philologiques lorsque les graphies présentent des difficultés.

Égypte ancienne

Carnet de recherche de l’Équipe d’Accueil « Égypte ancienne : archéologie, langue, religion » (EA 4519). Fondée en 2010, l’EA 4519 regroupe tous les égyptologues de l’École Pratique des Hautes Études, Paris, IVe Section (Sciences Historiques et Philologiques : SHP) et Ve Section (Sciences Religieuses : SR), ainsi que leurs doctorants, présents et passés. Les activités de l’Équipe couvrent un périmètre égyptologique large, dans les champs de l’archéologie, de la philologie, des études religieuses, littéraires et linguistiques, du troisième millénaire avant J.-C. jusqu’au premier millénaire de l’ère commune. L’Équipe est localisée au Centre Wladimir Golénischeff, Paris, qui constitue une bibliothèque de recherche égyptologique majeure et possède un très riche fonds d’archive en cours de valorisation. Les membres permanents de l’Équipe sont : Michel CHAUVEAU, directeur d’études « démotique », fondateur et co-directeur de l’Équipe Fonds Jouguet Démotique (EPHE-SHP) ; Laurent COULON, directeur d’études « religion égyptienne » et directeur du Centre Wladimir Golénischeff (EPHE-SR) ; Jean-Claude GRENIER, directeur d’étude cumulant émérite « religion égyptienne tardive » (EPHE-SHP) ; François LECLÈRE, directeur de la Mission Française des Fouilles de Tanis (EPHE-SR) ; Andréas STAUDER, directeur d’études « égyptien » et directeur de l’EA 4519 (EPHE-SHP) ; Christiane ZIVIE-COCHE, directrice d’études émérite « religion égyptienne » (EPHE-SR). L’Équipe compte par ailleurs de très nombreux chercheurs associés, principalement les doctorants ou anciens doctorants des membres permanents, à Paris, en France et à l’étranger.